CHRISTINE KEYSERS 
Les Rencontres internationales de Plouézec, petite ville des Côtes d’Armor près de Paimpol, sont maintenant devenues un évènement annuel important au succès grandissant. Et pour se rendre compte du succès de cette 5ème édition, il suffit de regarder le nombre sans cesse croissant de participants : 20 participants en 1997, 52 en 1998, 91 en 1999, 120 en 2000, 160 participants (dont 16 enfants) pour cet été 2001 avec des personnes de 11 pays différents (Allemagne, Australie, Belgique, Bosnie, Bulgarie, Espagne, Pays-Bas…) ! 
 
Ce stage proposait tout d’abord des cours d’Espéranto de tous niveaux, pour enfants et pour adultes (avec aussi bien des cours pour apprendre la langue que des cours pour former de nouveaux professeurs) mais aussi yoga, jonglage, chorale, informatique et théâtre (et tout cela en espéranto bien sûr !). 
 
Une vingtaine de candidats se sont présentés aux examens de 1er niveau d’espéranto proposés le dernier jour. 
 
Après les cours du matin, les organisateurs proposaient des promenades touristiques à travers de magnifiques paysages, avec de nombreux sites intéressants à découvrir (le moulin de Craca, le château de la Roche-Jagu, les églises, le bord de mer, ect.). 
 
Et le soir des conférences sur Raymond Schwartz (grand écrivain et humoriste espérantophone), sur la culture bretonne, sur la ville de Gorazdé en Bosnie…) mais aussi des activités en commun avec les habitants de la ville comme les danses bretonnes ou les chants de marins. Tout un ensemble qui a de nouveau fait de ces rencontres d’espéranto un véritable pont interculturel en harmonie avec la population locale. 
 
Mais le point principal de cette rencontre reste l’ambiance, cette ambiance amicale qui fait que nous discutions tous les uns avec les autres, que nous retrouvions des amis et que nous en rencontrions de nouveaux. 
 
Ainsi ce stage fut un grand plaisir pour tout le monde et chacun a pu présenter ce qu’il avait fait pendant la semaine lors du dernier soir : les uns chantèrent, d’autres firent du théâtre, et même les bénévoles qui s’étaient occupés de la cuisine pendant le stage présentèrent un morceau de musique avec pour instruments… des ustensiles de cuisine ! 
 
Pour l’avenir, l’organisateur principal du stage Roger Eon préfère ne pas augmenter le nombre de participants, il pense en effet avoir atteint un nombre optimum de participants ; il veut surtout veiller à préserver l’ambiance sympathique du stage si appréciée de tous, et notamment des nouveaux espérantophones qui repartent de là motivés à continuer leur apprentissage de l‘espéranto. Et déjà nombre d’entre eux savent qu’ils participeront de nouveau au stage de 2002 ! 
 
Christine Keysers (el la Verda Triskelo)